Espace réservé

Merci de vous identifier,
pour accéder à l'espace collaboratif

Mot de passe oublié ?

Votre sélection

Les documents

imprimer la pageexporter en PDFpartagers'abonner aux flux RSSréduire la taille des caractèresAugmenter la taille des caractères

Recherche rapide


Recherche

 Pour sélectionner plusieurs éléments de la liste, utilisez la touche 'Ctrl'.
 Pour sélectionner plusieurs éléments de la liste, utilisez la touche 'Ctrl'.
 Pour sélectionner plusieurs éléments de la liste, utilisez la touche 'Ctrl'.
 Pour sélectionner plusieurs éléments de la liste, utilisez la touche 'Ctrl'.
 Pour sélectionner plusieurs éléments de la liste, utilisez la touche 'Ctrl'.
 Pour sélectionner plusieurs éléments de la liste, utilisez la touche 'Ctrl'.

Connaissances pour une meilleure conservation des raies : que nous enseignent les données issues du programme de sciences participatives CapOeRa (Capsules d'OEufs de RAies, APECS) ?

Auteur : Juliette BIACCHI
Date : 30/08/2019
Pays : France
Type : Etude de terrain
Thématiques techniques : Gestion des AMP, Espèces
Langues disponibles : Français

Etude sur les variations spatio-temporelles de l'échouage des capsules d'oeufs de raies sur les plages de la côte métropolitaine de 2005 à 2017 a été effectuée à partir des données issues d'un programme de sciences participatives. L'hypothèse que ces données peuvent procurer davantage informations sur les suivis classiques de pêche face au manque actuel de connaissances sur les raies a été émise. Le but est d'évaluer l'influence de facteurs environnementaux sur l'échouage des capsules, de détecter une évolution à long terme et de définir des zones d'échouages massifs. Le challenge consistait à avoir une analyse fiable sur une grosse base de données opportunistes: CapOeRa (~465000 oeufs, 1077 sites). Une seconde et plus petite base de données a été échantillonnée : Sentinelles (~240000 oeufs, 30 sites) basées sur une approche plus standardisée. Dix espèces ont été recensées, en grande majorité la raie brunette (Raja undulata), raie bouclée (Raja clavata) et la raie lisse (Raja brachyura). Un modèle linéaire mixte généralisé a permis d'analyser les variations intra et interannuelle pour les cinq espèces les plus abondantes montrant une nette phénologie de l'échouage des capsules. La répartition spatiale ainsi que l'effet de trois variables environnementales (habitat, bathymétrie et jours de tempêtes) ont pu être étudiés pour les trois espèces possédant un nombre de capsules importants. Les résultats suggèrent que l'échouage des capsules de raies sur les plages au cours du temps permet d'avoir plus de connaissances et d'informations sur la biologie et écologie de l'espèce. La comparaison entre données opportunistes et standardisées est discutée dans le rapport.

A télécharger :

Voir tous les documents

haut de page

Logos Atlantic AREA et European UnionOffice française de la biodiversitéLogo Marianne