Espace réservé

Merci de vous identifier,
pour accéder à l'espace collaboratif

Mot de passe oublié ?

Votre sélection

Les documents

imprimer la pageexporter en PDFpartagers'abonner au flux RSSréduire la taille des caractèresAugmenter la taille des caractères

Recherche rapide


Recherche

 Pour sélectionner plusieurs éléments de la liste, utilisez la touche 'Ctrl'.
 Pour sélectionner plusieurs éléments de la liste, utilisez la touche 'Ctrl'.
 Pour sélectionner plusieurs éléments de la liste, utilisez la touche 'Ctrl'.
 Pour sélectionner plusieurs éléments de la liste, utilisez la touche 'Ctrl'.
 Pour sélectionner plusieurs éléments de la liste, utilisez la touche 'Ctrl'.
 Pour sélectionner plusieurs éléments de la liste, utilisez la touche 'Ctrl'.

Suivi des activités de pêche professionnelle au sein des zones Natura 2000 en mer de Penmarc'h - Glénan - Trévignon. Protocole d'enquête, résultats et recommandations.

Auteur : Sophie Lecerf, Comité Départemental des Pêches Maritimes et des Elevages Marins du Finistère
Date : 01/06/2012
Pays : France
Type : Guide - recommandations
Thématiques techniques : Pêche professionnelle, Gestion des AMP
Langues disponibles : Français

Le sud Finistère est concerné par la mise en oeuvre de trois sites Natura 2000 en mer sur un vaste espace maritime de près 1000 km², qui s'étend de la pointe de Penmarc'h à Trévignon en incluant l'archipel des Glénan. Ces sites ont été désignés en 2008 auprès de l'Union européenne au titre des directives Habitats Faune Flore de 1992 et Oiseaux de 1979. Ils sont actuellement en phase d'élaboration de leur plan de gestion.
Ce territoire étant historiquement le fief d'une petite pêche et pêche côtière très importante et diversifiée, le Comité Régional des Pêches Maritimes et des Elevages Marins de Bretagne (CRPMEM) s'est porté opérateur d'une de ces zones, en l'occurrence les Roches de Penmarc'h, en partenariat avec le Comité Départemental des Pêches Maritimes et des Elevages Marins du Finistère (CDPMEM Finistère).

En 2011, le CDPMEM du Finistère s'est engagé dans l'élaboration et le test d'une méthodologie visant à caractériser et suivre les activités de pêche professionnelle au sein de ces trois zones Natura 2000 en mer, dans le cadre du programme Interreg MAIA.
La méthodologie retenue est issue des sciences humaines et repose sur le « dire d'acteurs » : elle met en oeuvre des enquêtes semi-directives réalisées auprès des professionnels de la pêche afin de caractériser et spatialiser leurs activités dans le temps et dans l'espace.

La première étape de cette étude de terrain a consisté à recenser l'ensemble des navires possédant un droit à produire sur le territoire d'étude, grâce à un travail sur les listings de licences rassemblés à cet effet dans une base de données, et à la consultation de quelques personnes « ressource » : 285 navires pratiquant 10 grands types de métier ont ainsi été identifiés sur la zone d'étude. La majorité de ces navires est polyvalente et mesure moins de 12 mètres.
Une base de données cartographique a également été préparée sous Système d'Information Géographique en vue des entretiens, comportant notamment des cartes de navigation et de nature du fond du SHOM et une carte de la toponymie des zones de pêche élaborée avec les pêcheurs. Une partie des entretiens a en effet consisté à dessiner avec les professionnels leurs zones d'activité, directement sous SIG ou en utilisant leur tables de navigation Maxsea.
Parallèlement, un travail d'analyse et de synthèse de la règlementation communautaire, nationale, régionale et locale en lien avec la ressource et la gestion environnementale a également été effectué pour chaque métier.
La grille d'enquête a ensuite été élaborée pour collecter des données qualitatives et quantitatives permettant de décrire et caractériser chaque métier dans le temps et dans l'espace. Les questions portant sur les pratiques et les caractéristiques techniques des engins ont été définies en se basant sur les pressions potentielles des engins sur les habitats et espèces décrites dans la littérature scientifique.

Le protocole d'enquête a été mis en oeuvre auprès d'un échantillon représentatif de professionnels. Malgré certaines craintes et interrogations légitimes exprimées, les pêcheurs ont pleinement participé à la démarche. 57 entretiens ont été réalisés : les données collectées ont été synthétisées dans une fiche pour chaque métier puis restituées et validées collectivement par les professionnels.

Le protocole d'enquête a permis de collecter des données qualitatives et quantitatives fines sur la répartition spatio-temporelle des activités, ainsi que sur les pratiques et les caractéristiques des engins, fournissant ainsi au gestionnaire les principaux éléments nécessaires à l'identification des pressions exercées sur les habitats. La prochaine étape consistera à croiser ces données avec l'état des lieux écologique des sites, afin d'étudier si les pressions sont avérées ou non.
Cette démarche participative présente en outre l'avantage d'impliquer les professionnels tout au long du projet, afin d'aboutir à la co-construction d'un diagnostic partagé et à une appropriation réciproque des enjeux, à la fois par le gestionnaire et les professionnels de la pêche.

Cette expérience a vocation à aider les gestionnaires d'aires marines protégées à mettre en place un partenariat avec les structures professionnelles des pêches pour caractériser et suivre les activités de pêche professionnelles au sein des AMP.
 

A télécharger :

Voir tous les documents

haut de page

Logos Atlantic AREA et European Union