Espace réservé

Merci de vous identifier,
pour accéder à l'espace collaboratif

Mot de passe oublié ?

« Qu’est-ce qu’une aire marine protégée ? »

L’UICN - Union Internationale pour la Conservation de la Nature - définit une aire marine protégée comme « un espace géographique clairement défini, reconnu, consacré et géré par tout moyen efficace juridique ou autre, afin d’assurer à long terme la conservation de la nature ainsi que les services écosystémiques et les valeurs culturelles qui lui sont associés ».

Cet objectif est parfois associé à un objectif local de développement socio-économique ou articulé à une gestion durable des ressources. Le pilotage peut être confié à différents types d’instances (locale, nationale) aux statuts et gouvernances variés.

Ce que la base de données MAIA n'est pas...

Sur les fiches d’identité des AMP, les informations relatives aux espèces marines et habitats marins présents ne doivent pas être considérées comme des informations de référence.

L’identification de nouvelles espèces est courante et la systématique évolue régulièrement, seules les bases de données nationales mandatées pour faire référence, justifiant d’un dispositif complexe de validation et compilant les informations de diverses provenances, sont celles de référence.

En France la base officielle espèces et habitats naturels est celle de l’INPN (Inventaire National du Patrimoine Naturel) dont le référentiel est TAXREF, au niveau mondial il s’agit de la base WoRMS (World Register of Marine Species), alimenté par le référentiel européen (ERMS), lui-même alimenté par les référentiels nationaux.

Une base de données MAIA ?

imprimer la pageexporter en PDFpartagers'abonner au flux RSSréduire la taille des caractèresAugmenter la taille des caractères

Dès l’écriture du projet MAIA, les partenaires ont fait apparaitre le besoin de partager une information officielle et actualisée concernant les aires marines protégées de la façade atlantique. Ce besoin est d’ailleurs formalisé dans le document de projet.

La standardisation des données entres pays, mais aussi de diffusion de l’information publique aux citoyens (Convention d’Aarhus et directive européenne INSPIRE) sont les prochains défis des administrations publiques. MAIA tente aussi de respecter ces grands principes.

Les finalités de la base de données MAIA ?

La collecte et la structuration des informations relatives aux AMP de la façade atlantique (développement et mise en oeuvre de la base de données géographiques MAIA) ont trois objectifs principaux :

Améliorer la connaissance et la compréhension concernant les AMP de l’arc atlantique (entre pays et entre acteurs) ;

Améliorer le partage d’informations géo-référencées relatives aux AMP - Améliorer et faciliter l’accessibilité à ces informations ;

Réaliser un état des lieux du réseau d’AMP de l’arc Atlantique au regard des objectifs internationaux (OSPAR notamment).

 

Objectifs principaux

Sous-objectifs

Court terme (2012)

Améliorer la connaissance et la compréhension concernant les AMP de l’arc atlantique (entre pays).

Avoir une meilleure vision du réseau d’AMP de l’arc atlantique.

Renforcer une culture et connaissance commune.

Améliorer la partage d’informations géo référencées relatives aux AMP - Améliorer et faciliter l’accessibilité à ces informations.

Rassembler et structurer les informations existantes dans un seul et même système d’information géographique.

Rendre les données disponibles (téléchargement – interopérabilité) en accord avec la convention d’Aarhus et la directive INSPIRE.

Permettre aux gestionnaires de diffuser facilement leurs données.

Permettre aux acteurs (gestionnaires, usagers de la mer, institutionnels) de consulter des données officielles et actualisées.

Réaliser un état des lieux du réseau d’AMP de l’arc Atlantique au regard des objectifs internationaux (OSPAR).

Réaliser un rapport présentant l’état du réseau d’AMP de l’arc Atlantique d’ici la fin du projet.

Faciliter la collecte et l’analyse des données.

Identifier les manques de données.

Long terme

Identifier des problématiques à l’échelle du réseau.

Mieux considérer la connectivité au niveau du réseau.

Mener des suivis à l’échelle de l’arc atlantique.

etc

 

haut de page

Logos Atlantic AREA et European Union